Pas de ski alpin pour les Français et les Allemands en cette fin d’année 2020

De l’air ! Des grandes bouffées d’air frais sont maintenant préconisées dans les protocoles sanitaires des lieux publics depuis dix mois, et dans les recommandations pour un lieu de vie sain bien avant encore. Pourtant, si Jean Castex encourage les Français à « profiter de l’air pur de nos belles montagnes », les activités en plein air seront fortement limitées en cette fin d’année dans les stations de sports d’hiver.

Macron et Merkel renoncent au ski

L’annonce a fait l’effet d’une bombe pour le secteur du tourisme montagnard. Le 26 novembre, alors qu’Emmanuel Macron annonçait la fermeture des stations de sports d’hiver deux jours plus tôt, Jean Castex affirmait l’ouverture des stations malgré la mise à l’arrêt des remontées mécaniques jusqu’en janvier au plus tôt. Le même jour, c’est Angela Merkel qui prenait la parole et confirmait les rumeurs autour de la fermeture des stations de sports d’hiver d’Allemagne, rejoignant Macron dans son désir de « coordination européenne ».

Mais cette injonction à la fermeture des stations de sports d’hiver est difficile à appréhender ; malgré la pression, l’Autriche maintient ses plans d’ouverture. Si les sports d’hiver engendrent plus de 20 milliards d’euros en France, 16,4 pour l’Allemagne et 14,9 pour l’Autriche, la part de richesse que représentent ces chiffres d’affaires diffère d’un pays à l’autre : le secteur du sport, que les sports d’hiver dominent, représente 3,3% du PIB allemand tandis que le secteur du tourisme en montagne a un poids de 15,3 % du PIB pour l’Autriche. Outre les stations de ski qui perdraient entre 20 et 30% de leurs recettes, c’est donc l’écosystème local qui serait fortement impacté par l’ouverture reportée de la saison après les vacances de Noël.

 

Les enjeux des différents pays se confrontent donc. Avec véhémence et mesures dissuasives de contrôle des frontières et de quarantaines, les gouvernements français et allemand incitent leurs citoyens à ne pas voyager vers les stations étrangères ouvertes sous couvert de solidarité économique aux stations françaises et allemandes, mais aussi afin de limiter la circulation du virus. Bien qu’ouvertes, les stations suisses et autrichiennes quant à elles ne pourront que difficilement compter sur les touristes étrangers, constituant plus de la majorité de leur clientèle internationale habituelle.

pixabay

Une décision hautement contestée

Avec 30% de la surface consacrée aux sports d’hiver dans le monde, la France est une nation du ski. Les Alpes du Nord, qui s’étalent en Haute-Savoie, en Savoie et en Isère, couvrent plus de 65% des domaines skiables du pays. Ces mêmes départements ont cependant à l’heure actuelle le taux d’incidence Covid le plus élevé, et des hôpitaux qui peinent à se dégorger.

L’enjeu de la saison franco-allemande d’hiver 2020/2021 est donc double : il s’agit de ne pas diffuser le virus sur l’ensemble du territoire, ni de rendre davantage critique la situation hospitalière des régions montagnardes avec des cas de Coronavirus ou des accidents de ski. Si, dans une tribune adressée au Président, plusieurs élus parlementaires, départementaux, régionaux, et organismes admettent le rôle des établissements de santé en hiver, ils se rejoignent cependant pour le relativiser. 95% des blessures traumatiques seraient en effet entièrement prises en charge par les cabinets des Médecins de Montagne. La fermeture des pistes pourrait par ailleurs inciter les locaux férus de sports d’hiver à expérimenter d’autres formes de ski et explorer des secteurs hors-pistes et des situations dangereuses, responsables chaque année d’une centaine de morts dans les Alpes.

Office de tourisme Val Thorens

La décision est également et surtout motivée par l’ensemble logistique des transports, favorables à une dispersion du virus. La dangerosité de l’après-ski en est un autre point, à l’instar d’Ischgl en Autriche, où s’était concentré l’un des premiers clusters d’Europe sans que la direction ne prenne la moindre mesure ou ne modifie son programme d’activités, ou Contamines-Montjoie en France où un homme avait contaminé douze autres personnes dans un même chalet. Si la question des transports reste controversée, les deux autres cas de figure sont, avec les mesures sanitaires en vigueur et le couvre-feu à venir, peu probables aujourd’hui.

Cette saison sera donc, à l’image de l’année entière, très calme et prudente. De la même façon que le confinement fut l’occasion pour certains de tenter de nouvelles choses, ce mois de décembre sera peut-être le moment idéal de s’adonner aux balades en raquettes, au ski de randonnée ou nordique ainsi qu’à la luge ou au traineau…

Sources: SkiInfo (a.i.) (d.i.), Où skier en France?, skiinfo.fr, https://www.skiinfo.fr/france/stations-de-ski.html; Skieur.com (a.i.) (26.11.2020), Tribune des élus de montagne: Monsieur le Président, il FAUT ouvrir les stations à Noël, skieur.com, https://www.skieur.com/actu-tribune-cet-hiver-skie-monsieur-president-faut-ouvrir-les-stations-noel; Médecins de Montagne (a.i.) (d.i.), Les chiffres, http://www.mdem.org/france/DT1190189670/page/Les-chiffres.html; Mirjam Benecke (29.11.2020), Streit um Ski-Lockdown: Es geht um Milliarden, DW, https://www.dw.com/de/streit-um-ski-lockdown-es-geht-um-milliarden/a-55763318; Iris an der Heiden, Frank Meyrahn, Holger Preuß, Gerd Ahiert (12.2013), Wirtschaftsfaktor Wintersport, Bundesinstitut für Sportwissenschaft, https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Publikationen/Wirtschaft/wirtschaftsfaktor-wintersport; Marie Lyan (02.12.2020), Stations de ski: la question divise jusqu’en Autriche, La Tribune Auvergne-Rhône-Alpes, https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/tourisme/2020-12-02/stations-de-ski-la-question-divise-jusqu-en-autriche-ou-des-precisions-sont-attendues-aujourd-hui-863884.html Peer-Michael Preß (05.02.2018), Wintersport in Deutschland – diese Fakten sollten Sie kennen, WIR/ Wirtschaft Regional, https://www.wirtschaft-regional.net/unternehmen-maerkte/wintersport-in-deutschland-diese-fakten-sollten-sie-kennen/

Laisser un commentaire