Le Black Friday des Français confinés

A vos marques ! Prêts ? Shoppez ! C’est aujourd’hui 4 décembre, que le Black Friday tant attendu se déroule en France. Retour sur cette opération commerciale qui revêt des enjeux inédits cette année.

L’origine du Black Friday

Le Black Friday, c’est d’abord un jour commercial directement venu de l’Amérique du Nord. Il a lieu le vendredi suivant Thanksgiving et marque traditionnellement le début des courses de Noël. Alors que le « vendredi noir » désignait dans les années 1950 les congés, peu appréciés par les propriétaires de commerces, des employés, et plus précisément la circulation très dense qu’ils formaient à l’occasion de la fête familiale, le terme rendrait dès les années 1960 l’image d’une foule abondante de clients durant le week-end, ou encore, plus métaphoriquement, les chiffres des commerces qui, grâce à cette journée commerciale, passaient du rouge à la normale, le noir. Par extension, il prend ensuite le sens commercial qu’on lui connait aujourd’hui, et conquiert depuis les années 2010 les marchés européens.

Le Black Friday s’abat sur l’Europe

En France comme en Allemagne, le Black Friday s’est inscrit dans l’habitude d’achats des Européens au cours des dix dernières années, de telle sorte que d’autres offres commerciales européennes jouent de la renommée du Black Friday, à l’instar des French Days en mars ou du Yellow Friday par Opel. Il faut dire que le Black Friday est une opération conséquente pour l’économie : en 2019, 5,1 milliards d’euros de produits sont dépensés au cours des 56 611 084 transactions bancaires du week-end en France, et 6,3 milliards en Allemagne selon statista

Les enjeux 2020 du Black Friday

Cette année économique 2020 est néanmoins profondément marquée par la crise sanitaire : début octobre, on estime à 9% la chute du PIB en France due à une production ralentie. En Allemagne, où les confinements ont été moins stricts et les commerces sont restés ouverts, la dégression serait de 5,5%.

Pour les commerçants français, le Black Friday revêt donc une importance capitale pour l’avenir de leurs activités. Il offre l’occasion de redresser les chiffres annuels désastreux, et relève de fait du domaine politique et démocratique, avec des mesures controversées entre multinationales et petits commerces locaux. Bruno Le Maire notamment, à la tête du ministère des Finances, avertissait de l’importance du Black Friday le 18 novembre déjà, incitant les grands acteurs économiques du pays à repousser le jour commercial d’une semaine, afin de permettre aux commerçants de rouvrir leurs locaux et de préparer leurs offres. Son appel est repris deux jours plus tard, le 20 novembre, par le gouvernement qui décrète alors un report d’une semaine pour l’opération commerciale, le fixant au 4 décembre.

Néanmoins, et au contraire des Etats-Unis, où la plupart des bons plans se font dans les magasins, une grosse part des offres du Black Friday en Europe est proposée sur les sites internet et s’étend souvent au-delà du vendredi. A travers le report de cette année, de nombreuses promotions ont donc été maintenues et même rallongées. Finalement, Eric Mertz, président de la Fédération de l’habillement, expliquait aux micros d’Europe 1 ce matin que « le report ne change rien […]. On se retrouve avec un niveau d’activité sensiblement comparable à celui de l’année dernière ». En revanche, la mesure du gouvernement aurait réduit la fréquentation des magasins de 30% par rapport à l’année dernière. En revanche, l’Allemagne, où la consommation n’a pas été limitée comme en France avec des commerces restés ouverts, enregistre une baisse des ventes.

Black Friday 2020, opération commerciale vertueuse pour la France ?

Depuis son lancement en Europe, le Black Friday fait l’objet de nombreuses critiques : fausses bonnes promotions sur des prix renfloués juste avant, impact écologique et manipulation cognitive de l’achat compulsif poussent à la surconsommation. Aussi vrai que soit ce constat, le Black Friday aura cette année au moins le mérite de relancer quelque peu l’économie et de renflouer le chiffre d’affaires essoufflé d’un certain nombre d’acteurs commerciaux – probablement pas ceux étant dans les situations les plus en détresse …

Sources: Elise Denjean (04.12.2020), Coronavirus: quels ont été les effets du report du Black Friday?, sur Europe 1, https://www.europe1.fr/economie/coronavirus-quels-ont-ete-les-effets-du-report-du-black-friday-4009857 FranceInfo (a.i) (19.11.2020), Covid-19: Comment le report du « Black Friday » en France est devenu un sujet politique, https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/covid-19-comment-le-report-du-black-friday-en-france-est-devenu-un-sujet-politique_4187717.html Statista Research Department (27.11.2020), Total value of sales during Black Friday and Cyber Monday in selected European countries from 2018 to 2019, with a forecast for 2020, statista, https://www.statista.com/statistics/1075269/black-friday-sales-value-in-europe/ Kevin Drum (25.11.2011), The Real Story Behind Black Friday, MotherJones, https://www.motherjones.com/kevin-drum/2011/11/real-story-behind-black-friday/ La finance pour tous (a.i.) (16.11.2020), Pandémie de Covid-19: quel coût économique pour le reconfinement?, https://www.lafinancepourtous.com/2020/11/16/pandemie-de-covid-19-quel-cout-economique-pour-le-reconfinement/ J. Rudnicka (01.10.2020), Statistiken zu den Auswirkungen des Coronavirus auf die Wirtschaft, statista, https://de.statista.com/themen/6058/auswirkungen-des-coronavirus-auf-die-wirtschaft/

Laisser un commentaire